David Ferrer: "L'été dernier, j'ai fixé la date de ma retraite"

By | 04/24/2019

Dans une interview accordée à Sport.es, David Ferrer” se> rappelait avoir décidé de prendre sa retraite du tennis. L’Espagnol disputera son dernier tournoi à Madrid. “Je pense que c’était l’été dernier”, a déclaré Ferrer. “Quand j’ai terminé à Wimbledon, je croyais vraiment à 100% que c’était correct, que je ne pouvais pas être le David Ferrer que je voulais en tant que joueur de tennis.

Je pourrais être cohérent, pouvoir être parmi les meilleurs joueurs, je ne dis pas que je ne peux pas jouer à ces tournois car je ne suis pas mauvais au tennis, mais j’étais impatient de terminer les meilleurs tournois sur les courts centraux. Voyager et jouer mentalement sur les petits courts était plus fatiguant et encore plus à un âge où il était difficile de donner le meilleur. ”

Comment voudrait-il qu’on se souvienne de lui? “En tant que joueur qui ne pouvait pas être fatigué, cohérent, cela donnait tout. Je pense que c’est mon essence, j’ai tout donné jusqu’au dernier point de ma carrière.” “J’essaie d’être émotionnellement à l’écart parce que je suis en compétition et j’aimerais bien le faire.

Au moins pour être le plus compétitif possible. Quand je finirai, je ressentirai un peu les émotions. “Ferrer n’est peut-être pas très couvert par les médias. Tout le monde parle toujours des mêmes joueurs et pas grand-chose de vous. Est-ce positif ou négatif?” Je ne sais pas si c’est positif pour moi ou pas.

Mais comme je l’ai déjà dit, cela ne me dérange vraiment pas. Je vais suivre mon chemin, ma carrière. J’essaie de jouer chaque match du mieux que je peux afin de gagner. Je suis très conscient de cela. Je comprends tout à fait que ceux qui se trouvent sous les feux de la rampe soient d’autres joueurs comme Nadal et Djokovic, surtout lorsqu’ils atteignent les quarts de finale.

Je viens d’atteindre les quarts de finale. Cela ne m’était pas arrivé depuis longtemps. Tout le monde est content de moi. Je suis ravi. La presse me traite vraiment bien. Donc, non, non, je n’ai rien à redire. Ma vie ne va pas changer demain. ”