En ce jour: Yevgeny Kafelnikov devient no. Mondial. 1 malgré une mauvaise série

By | 05/03/2019

Au cours des 15 dernières années (à partir de février 2004), seuls quatre joueurs se sont classés au sommet du classement ATP, et tous ont dû travailler dur pour s’y rendre et rester devant leurs plus grands rivaux. Nous savons à quel point Roger Federer, Rafael Nadal et Novak Djokovic étaient cohérents pendant leur règne et quel effort a-t-il fallu à Andy Murray pour passer Novak dans la deuxième partie de 2016 afin de les rejoindre sur la liste exclusive.

Cependant, cela n’a pas toujours été le cas. Yevgeny Kafelnikov est devenu le 16e joueur à siéger sur le trône de l’ATP ce jour-là en 1999. Yevgeny a remporté l’Open australien en janvier (en conquérant également Rotterdam). C’est tout à fait normal de voir un champion du Grand Chelem comme le numéro un mondial.

1, seulement avec une grosse prise dans cette histoire puisqu’il a perdu les sept derniers matchs joués dans les tournois ATP! Quelque chose de ce genre est impensable aujourd’hui et le Russe a réussi l’exploit après un départ très lent du meilleur joueur de la décennie précédente, Pete Sampras, qui a raté l’Open d’Australie et qui n’a participé qu’à quatre tournois avant mai, remportant seulement sept matches.

Troisième prétendant au trône, Carlos Moya a pris la première place après avoir atteint la finale à Indian Wells, se dirigeant vers Miami comme numéro un mondial. 1 et y rester pendant deux semaines. Moya était également incapable de produire des résultats stables dans les semaines suivantes et Kafelnikov s’est retrouvé au sommet du tennis masculin en dépit de la pire série de victoires dans les tournois ATP de sa carrière!

Après avoir remporté le titre à Rotterdam, Yevgeny a été battu dans les quartiers de Londres par Thomas Johansson et a subi une sortie prématurée à Indian Wells et à Miami devant Gustavo Kuerten et Vincent Spadea. Kafelnikov a signé deux victoires en Coupe Davis contre l’Allemagne à Francfort sur un tapis d’intérieur, mais il n’a pas réussi à faire une pause lorsque la saison de glaise a commencé, en perdant ses quatre matches qu’il a disputés en avril contre les rivaux classés en dehors du top 40.

Andrei Pavel l’a renversé à Estoril en trois sets avant que Franco Squillari ne quitte trop tôt Barcelone. Le pire était encore à venir: Ivan Ljubicic, 20 ans, qui le démolissait à Monte Carlo en seulement 44 minutes, suivi de Richard Fromberg, qui avait bouclé le pire mois possible pour le Russe après l’avoir assommé à Prague.

En dépit de cette terrible série, Kafelnikov s’est retrouvé dans le no mondial. 1 lundi après Prague, ne laissant que 15 points d’avance sur Pete Sampras (3382-3367) et y restant six semaines avant que l’Américain ne rétablisse l’ordre en juin.

Kafelnikov gagnerait sept autres titres d’ici la fin de sa carrière, dont une médaille d’or olympique à Sydney, sans jamais avoir une autre chance d’être classé au-dessus de tous les autres. Il a terminé la saison 1999 au deuxième rang et est resté dans le top 10 jusqu’en octobre 2002, date à laquelle il a commencé à disparaître de la scène et à mettre fin à sa carrière à Saint-Pétersbourg en octobre 2003.