Novak Djokovic: «Roger Federer joue à Madrid fait concurrence plus forte '

By | 05/09/2019

Novak” djokovic a> fait l’éloge de l’Open de Madrid. L’événement espagnol a été introduit dans le calendrier ATP en 2002 pour la première fois sur des courts en dur, puis s’est déplacé sur terre battue en 2009. Cette année, Roger Federer effectue son retour pour la première fois depuis 2015.

Lors d’une conférence de presse après sa victoire sur Taylor Fritz, le Serbe a déclaré: “Madrid est l’un des plus importants tournois de notre sport. Roger est de retour sur terre battue et participe à ce tournoi avec tous les plus grands et les meilleurs joueurs du monde. sont ici.

Cela renforce donc la concurrence. Et j’ai hâte d’y être. J’espère avoir une longue et fructueuse semaine. “Justin Gimelstob quittant le conseil d’administration de l’ATP, Djokovic a ajouté:” Je pense que, comme je l’ai dit il y a quelques jours lors de ma conférence de presse, Justin a bien agi conditions.

Mais j’ai le sentiment qu’il ya eu tellement de spéculations qui ont conduit cette histoire à un endroit que personne ne contrôle alors et que tout ce que vous dites sur ce sujet particulier peut être pris, vous le savez, d’une manière différente.

Donc, du point de vue du conseil, vous savez, nous essayons de comprendre les ramifications et de comprendre chaque détail avant de faire une déclaration. Heureusement, nous n’avons eu besoin d’aucun mouvement ni d’aucune décision, car Justin en comprenait les conséquences et il a démissionné et c’est tout ce qu’il y a à faire.

À l’heure actuelle, nous avons dix ou quinze candidats à son remplacement et, aujourd’hui, nous avions cinq candidats à clôturer. Ils présenteront leur candidature à Rome. Nous aurons ensuite un nouveau représentant au conseil des joueurs pour les Amériques.

Et nous devons passer à autre chose. Le monde du tennis doit continuer et c’est comme ça. Et je pense que nous devons tous être plus forts après toute la situation avec Justin et tout ce qui s’est passé au cours des quatre ou cinq derniers mois. Il y a eu beaucoup de pression sur le conseil et juste un grand nombre de personnes qui se sont mêlées aux médias pour spéculer et exprimer leurs opinions sans vraiment vérifier d’abord avec nous.

Et c’est la partie que je n’aime pas personnellement. J’ai juste l’impression que c’est là que les choses deviennent incontrôlables et que c’est tout ce qu’il y a à faire. ”